• Dans le cadre de ses activités avec les enfants rroms en difficulté sur le département de la Seine-Saint-Denis, l'association Parada recherche des bénévoles pour :

    - Du soutien scolaire à l'intention d'élèves de primaire ou de collège dans les villes de Saint-Ouen ou de Saint-Denis.

    - L'animation d'ateliers cirque, théâtre ou arts plastiques dans les villes de Saint-Ouen, Saint-Denis ou Aubervilliers.

    Contact : Coralie Guillot - 06 24 88 60 75

    Merci de diffuser largement ce message.

    Cordialement

    Coralie Guillot
    Parada France
    contactparada@gmail.com
    http://parada.france.free.fr
    http://www.myspace.com/paradafr<wbr>ance

    votre commentaire
  • Un visiteur de notre blog qui souhaite garder son anonymat, nous a écrit pour nous demander s'il pouvait faire un don. Nous avons été particulièrement touchés par le message de ce chômeur qui, malgré sa situation, tenait à faire un geste. Un geste beau, un geste de solidarité citoyenne, un geste qui nous fait chaud au coeur et qui nous donne de la force. Aussi, nous nous sommes dit que quelques informations ici pour nos lecteurs seraient nécessaires:

    Notre association fonctionne exclusivement grâce aux contributions, essentiellement en temps, de ses membres actifs. Si vous trouvez notre travail intéressant, et que vous souhaitez nous soutenir, nous vous en remercions d'avance. Nous n'avons rien à vendre, surtout pas de la publicité. Notre objectif consiste à faire entendre une voix authentique des Rroms, à faire avancer des idées progressistes, à sortir de l'assistanat où nous poussent toute une série d'acteurs, institutionnels comme associatifs, à faire des Rroms ce qu'ils souhaitent et ce qu'ils méritent d'être: acteurs de leur propre sort et d'une vie commune harmonieuse avec les autres.

    C'est une action qui "ne se vend pas", et nous le savions dès les premiers pas de notre association. Pourtant, c'est la nôtre et nous ne la sacrifierons à rien, à aucun soutien matériel. Nous disposons depuis peu d'un petit local d'environ 9 m², mis à disposition par un jeune Sinto, où nous devons payer nos factures d'électricité, de téléphone et d'eau courante. Encore une fois, nous ne changerons pas de discours, ni de ton, ni de revendications pour devenir "éligibles" à des subventions. Nos dépenses, au-delà des frais de ce local, tiennent surtout à des impressions de documents de sensibilisation, comme un dépliant contenant le texte à gauche de ce blog ou encore des tracts. Nous ne tiendrons jamais un discours pleurnichard comme d'autres peuvent le faire, parfois pour nous. Une jeune rromni nous disait un jour: "ces braves gens pleurent plus que nous mêmes sur notre sort". NOUS SOMMES LIBRES, ET NOUS TENONS A NOTRE LIBERTE. LA LIBERTE ET LA DIGNITE sont les fondements de notre association et des actions que nous menons. Si vous voulez nous soutenir dans cette démarche, toute contribution, aussi modeste soit-elle, est très appréciable.

    Si vous souhaitez nous soutenir financièrement, merci de libeller votre chèque à l'ordre de "La voix des Rroms" et de nous l'envoyer à:

    Association "La voix des Rroms"

    5, rue du marché Saint-Honoré

    75001 PARIS

    Ou bien nous écrire à l'adresse lavoixdesrroms@gmail.com si vous voulez utiliser un autre mode de paiement.


    1 commentaire
  • Article du journal Algérien El Watan du 19 août 2007

     

    La régularisation ou l'acte de décès

     

    Il fait un temps à ne pas mettre un sans-papiers dehors. La météo de l'Intérieur est à l'orage. Mois d'août pluvieux. C'est aussi ça, la France. Un temps à prendre la fuite, à éviter les descentes de police. Les associations humanitaires crient à la chasse à l'étranger. Il y a ceux qui fuient par le balcon, certains par la grève de la faim, d'autres, moins nombreux, demandent la prime de retour et rejoignent le Sud. De l'autre côté de la Méditerranée. Déprimés par leurs conditions de vie. Il fait un temps où il vaut mieux avoir des amis qui peuvent vous payer des vacances à 22 000 euros la semaine, être du bon côté de l'identité nationale, du bon côté de la Méditerranée. De l'autre côté, on en meurt sur des embarcations de fortune. Les jeunes Algériens, les harraga, rêvent d'assécher cette mer pour pouvoir la traverser à pied. C'est aussi ça l'Algérie. On meurt de désespoir, d'horizons bouchés, de pauvreté. Alors que les caisses de l'Etat regorgent de pétrodollars. Les boat people économiques. Un monde meilleur. Avant de trouver la désespérance dans l'eldorado fantasmé. Il y a des rescapés. Certains ont même trouvé le sésame. Certaines seraient plus justes. Rama Yade, Rachida Dati et Fadéla Amara sont dans le gouvernement. Elles cautionnent les lois répressives sur l'immigration. Oubliant sans doute qu'avec ces mêmes lois leurs parents n'auraient jamais pu s'installer en France. Le dernier arrivé ferme la porte derrière lui. C'est, d'ailleurs, étrange que seuls les transfuges socialistes et les 3 ministres de la diversité ne se soient pas présentés devant les électeurs. Les Français ne sont pas prêts à élire un Arabe à l'Assemblée, se désolait Azouz Bégag. Alors, Nicolas Sarkozy a préservé ses protégées d'une défaite annoncée. A Lille, des sans-papiers sont à leur 60e jour de grève de la faim, dans l'indifférence presque générale. Sale temps. « Ce sera la régularisation ou l'acte de décès », affirmait un gréviste de la faim, un ingénieur algérien, arrivé en France il y a 5 ans. Des questions mitraillettes. A ce point ? Qui a des réponses ? Mourir pour des papiers. Mourir pour ne pas vivre en Algérie ? Désespoir et désespérance. Les réponses ne se trouvent pas toutes à Paris. Fuir, c'est aussi mourir, et pas qu'un peu. <script></script>

    Rémi Yacine

    1 commentaire
  • LE PREFET CANEPA EXPULSE UN GREVISTE DE LA FAIM EN GUINEE, VIA LE MAROC :

    UNE BATAILLE PERDUE, MAIS LA RESISTANCE CONTRE LA GUERRE HONTEUSE CONTINUE !

     

    Diaby Souareba et Mohamed Lamine Diaby, détenus initialement au Centre de Rétention de Rennes après l'évacuation de la Bourse du Travail de Lille, en grève de la faim ont été expulsés par Royal Air Maroc à Conakry (Guinée), après un transit au Maroc. Affaiblis par la grève de la faim, ils ont été bastonnés, menottés par les jambes et les pieds et attachés aux sièges comme des bêtes. Pour les faire taire dans l'avion les policiers les ont étouffés en comprimant la gorge avec les doigts. Un policier français accompagnant a été blessé. Les prochains vols vers la Guinée risquent de devenir dangereux pour tous y compris les passagers.

    Le Préfet fait planer la menace d'expulsion sur les 6 autres grévistes de la faim détenus à Roissy, lesquels sont prêts à utiliser tous les moyens de résistance comme ils nous l'ont dit avant leur disparition. Il y a donc danger et risque grave de dérapage dont le Préfet CANEPA est par avance totalement responsable. M. CANEPA va t-il droguer, scotcher des grévistes de la faim pour les expulser ?!

    Selon certaines sources, les « laisser passer » délivrés pour expulser Diaby Souareba et Mohamed Lamine Diaby et leurs autres camarades détenus de Roissy seraient des « faux » fabriqués de toute pièce par M. CANEPA Préfet de Région. Si cela est confirmé, il est clair qu'il s'agit de « faux et usage de faux » par le Représentant officiel de l'Etat français. En expulsant Diaby Souareba et Mohamed Lamine Diaby et en tentant d'en faire de même des 6 autres grévistes de la faim de Roissy, M. CANEPA cherche en vain à démoraliser les autres grévistes de la faim. Il s'agit d'une vraie guerre, y compris psychologique, pour vaincre la détermination de l'ensemble des grévistes de la faim au 61éme jour. L'expulsion de Diaby Souareba et de Mohamed Lamine Diaby est une bataille perdue, mais la guerre imposée par le Préfet CANEPA se poursuit avec les 6 détenus grévistes de la faim tous guinéens au Centre de Rétention de Roissy, les deux au Centre de Rétention de Coquelles dont un est hospitalisé, les 4 à Lesquin et les 65 grévistes de la faim dans les hôpitaux ou jetés à la rue.

    La surenchère répressive préfectorale doublée de la complicité des kapos, des collabos, des harkis associatifs (Le Président Régional de la « Cimade, Voix de Nanas, la Safia, Emmaüs, Parce que les hommes y vivent ») risque plus que jamais de conduire à mort d'humains nés quelque part ailleurs. Le Préfet CANEPA utilise tous les moyens les plus abjects, les plus immondes, les plus immoraux pour arriver à ses fins : faire capituler les grévistes de la faim. Sa devise c'est le droit de la force doit s'imposer à la force des droits humains. Cet acte grave ne peut que pousser les grévistes de la faim au 61éme jour à radicaliser leur action mettant ainsi toujours plus leur vie en danger.

    Jusqu'ici le Préfet CANEPA a perdu toutes les batailles : La trahison de la parole donnée par l'Etat lors de l'accord Delarue en 2004, les mensonges médiatiques préfectoraux démasqués sur la liste des 12%, l'immoralité perfide sans scrupule du Préfet sans foi ni loi prêt à toute les ignominies fascisantes, le camouflage de sa responsabilité dans le déclenchement de la grève de la faim par la rafle des 60, la prise en otage des 25 et la tentative d'expulsion des 3 (dont un était déjà régularisé en catimini), l'évacuation de la Bourse du Travail pour invisibiliser les grévistes de la faim, la détention dans les commissariats des grévistes de la faim quasiment tous libérés par les Tribunaux, les tortures, les tabassages et les mauvais traitements qui se poursuivent contre les grévistes de la faim pour les décourager, la destruction cynique consciente de la santé des grévistes de la faim, les sans papiers toujours jetés à la rue comme des chiens, etc.   

    Les forfaitures préfectorales prennent le chemin balisé par le chef du parti fasciste et raciste français J.M. Le Pen, en fait véritable donneur d'ordre de M. CANEPA.

    Une bataille perdue après tant de batailles gagnées est une nouvelle étape. Lors de la rencontre hier avec le Secrétaire Général de la Préfecture et le Préfet de police chargé de la sécurité et de la défense, le CP59 accompagné des partenaires de la LDH, du MRAP, de la Cimade et du GRIAM, a fait une proposition de sorite de crise pour que l'honneur de la REPUBLIQUE et la vie des grévistes de la faim soient saufs. Le CSP59 a insisté sur la nécessité de libérer tous les otages sans papiers grévistes de la faim détenus dans les centres de rétention à Roissy, Lille, Coquelles. La posture officielle « d'ouverture » de la Préfecture apparaît aujourd'hui comme une énième fourberie, duplicité du Représentant de l'Etat avec l'expulsion des deux grévistes de la faim. Plus que jamais aucune confiance au Préfet CANEPA dont la parole ne vaut rien du tout. Le Préfet CANEPA doit assumer toutes les conséquences inhumaines de ses actes criminels.

    Fait à Lille le 16/08/07

    Le CSP59 invite Mmes Danièle Mitterand, Simone Veil, le Magistrat Serge Portelli, Dr Patrick Pelloux, Marie George Buffet, Taubira, José Bové, N. Mamère à visiter les grévistes de la faim de Lille. Les sans papiers invitent la France que nous aimons à agir, à réagir et à témoigner pour que vivent les principes et valeurs qui ont fondé la République et la nation française : Liberté, Egalité, Fraternité.

     

    TOUS LES JOURS A 18H PLACE DE LA REPUBLIQUE A LILLE : MANIFESTATION
     Comité des Sans Papiers 59 (CSP59), 42 rue Bernos- Lille- 59800- tél:06.80.57.50.61- fax: 03.20.74.16.68 –  e-mail : csp59@wanadoo.fr

    votre commentaire

  • Depuis plusieurs semaines vous êtes confrontés, malgré vous, au conflit qui oppose la préfecture aux sans papiers grévistes de la faim. Ces grévistes se présentent dans vos établissements afin de demander des hospitalisations. Les directives et pressions de la préfecture sur les directeurs de vos établissements ont conduit à des réactions très différentes. Certains établissements ont décidé d'accueillir les grévistes qu'ils jugent en danger afin de les accompagner médicalement tout en respectant leur décision de ne pas s'alimenter. Par contre d'autres établissements ont été les lieux de pratiques indignes de la déontologie médicale, de la charte du droit des patients et du respect qui est dû dans un établissement de soin. Ainsi des refus d'examens, des refus de délivrance des résultats de ces examens, des bons de sorties non signés, des policiers arrachant dans l'enceinte de l'hôpital des perfusions à des grévistes de la faim accueillis, des évacuations de ces personnes par les services de police, etc., nous ont été signalés par de nombreux témoins. <script></script>
    Dans le même temps des témoignages de sympathie de plus en plus nombreux de la part d'infirmières, de brancardiers, de médecins, de gardiens, bref de personnels hospitaliers, etc., nous sont également rapportés par les grévistes de la faim. Ceux-ci se multiplient également de manière chaque jour plus grande et plus ouverte de la part de certains personnels du SAMU, des pompiers et même de certains policiers. Nous tenons à remercier les personnels qui résistent ainsi à la diabolisation et à la délégitimation des grévistes de la faim que le préfet tente d'imposer par la voie du mensonge par le biais de ses déclarations.
    Nous sommes conscients du surcroît de travail que signifie ce mouvement de grève de la faim dans un contexte où depuis plusieurs années le service public hospitalier se voit soumis à des restrictions budgétaires qui dégradent vos conditions de travail et les conditions de soins des patients. La responsabilité de la situation incombe entièrement au préfet qui par son évacuation soi-disant « sanitaire » de la bourse du travail où les grévistes de la faim étaient réunis n'a laissé qu'une alternative aux grévistes : arrêter leur grève de la faim ou la continuer en demandant aux hôpitaux d'assurer le suivi médical en se présentant aux urgences afin d'avoir régulièrement un examen médical mettant en évidence les évolutions de leur santé du fait de la grève de la faim.
    La préfecture et certains des directeurs des hôpitaux tentent de vous opposer aux grévistes de la faim afin de vous accoutumer à des pratiques indignes de vos professions. Quelque soit le contexte et les contraintes, des professions comme les vôtres nécessitent l'exercice du libre arbitre, une conscience professionnelle forte et une déontologie sans faille. C'est ce qui fait la noblesse de vos professions et le fait qu'elles soient considérées partout sur la planète comme exemplaires. <script></script>
    Nous vous demandons solennellement comme le font de plus en plus nombre de vos collègues de refuser les pressions préfectorales et de vous opposer à la tentative de vous instrumentaliser à des fins qui n'ont rien à voir avec la médecine et l'hôpital. Nous vous demandons de discuter avec les grévistes eux-mêmes car une simple écoute de ces êtres humains poussés au désespoir suffit à les présenter pour ce qu'ils sont réellement : des patients. Nous avons aujourd'hui la certitude que les services préfectoraux n'hésitent pas à jouer avec le feu en faisant subir à certains grévistes gravement affaiblis des allers-retours entre hôpitaux et commissariats et en les contraignant à dormir à la belle étoile. Ils tentent de vous rendre complice de ces pratiques. La cohérence avec votre déontologie nécessite que vous vous démarquiez de telles pratiques indignes des droits élémentaires de l'être humain.
    Le CSP59 invite Mmes Danièle Mitterand, Simone Veil, le Magistrat Serge Portelli, Dr Patrick Pelloux, Marie George Buffet, Taubira, José Bové, N. Mamère à visiter les grévistes de la faim de Lille. Les sans papiers invitent la France que nous aimons à agir, à réagir et à témoigner pour que vivent les principes et valeurs qui ont fondé la République et la nation française : Liberté, Egalité, Fraternité.
    Samedi 11 août 07 à 15h : Prière inter-religieuse en solidarité avec les grévistes de la faim : Sont invités : l'Evêque,le Pasteur, l'Imam, le Rabin et le Moine Bouddhiste !<script></script>

    TOUS LES JOURS A 18H PLACE DE LA REPUBLIQUE A LILLE : MANIFESTATION

     

    Comité des Sans Papiers 59 (CSP59), 42 rue Bernos- Lille- 59800- tél:06.80.57.50.61- fax: 03.20.74.16.68 – e-mail : csp59@wanadoo.fr -

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique