• Les présidents de La fondation Abbé Pierre, de Médecins du Monde et du Secours Catholique se sont fendus ensemble dans une tribune publiée à Libération, toujours suite à la Victoire de MdM en justice. Ils y tiennent: les juges ont interpellé l'Etat. Puis, les Rroms seraient majoritairement originaires de Roumanie et de Bulgarie, et ils seraient environ 15 à 20 000 venant de ces pays. On ne sait pas s'il y a eu des révélations dont nous, pas plus que le Vatican, ne serions au courant, ou bien si c'est le recensement annoncé par la préfecture du 93 qui serait pratiqué à l'échelle nationale et depuis suffisamment longtemps pour avoir de telles données.

    Curieusement, il n'y a cette fois-ci pas de référenxe aux "villages d'insertion". Mais "les initiés" auront compris: la signature du président de la Fondation Abbé Pierre même indirecte, est une référence. Curieux d'ailleurs que la tribune ne soit pas signé par Romeurope, ou bien d'autres associations qui composent ce collectif avec MdM, comme la Ligue des droits de l'Homme, le MRAP et bien d'autres... On n'y voit que la soutane et le stétoscope. Belle combinaison!

    Bookmark and Share <script src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=voxrromorum" type="text/javascript"></script>


    4 commentaires
  • JT de la chaîne I-Télé à l'instant: résumé des sujets traités:

    1. incendies en France, Espagne, Italie, Grèce et même en Suède.

    2. Accident grave d'un pilote de la Formule1.

    3. Tour de France.

    Puis, dans les nouvelles en sous-titres: "Transports: plusieurs vols retardés à Roissy par des voyageurs en colère".

    Ah bon? En colère pourquoi? Parce que ce n'est pas un Français qui emportera le Tour de France? Parce qu'il y a trop d'incendies? Ou bien parce que le pilote de Formule1 a eu cet accident?

    Pour aucune de ces raisons, certes. Il y a très fort à parier que c'est en raison d'expulsions, et vraisemblablement violentes, de "sans papiers", dont ils sont témoins. C'est ce qui se passe souvent. Mais ça, on ne nous le dira pas. Sans doute, il n'y a pas de reporter pour aller y voir ce qui s'y passe. Ils ont été mobilisés notamment en Corse, pour les incendies. Ils ont certainement du emporter aussi leurs maillots de bain.

    Des voyageurs en colère, il y en a parfois. Rappelez-vous des utilisateurs des RER, notamment de la ligne B. Ils étaient aussi très en colère à chaque fois qu'un incendie déclaré dans un camp rrom à proximité du chemin de fer retardait les trains. Et là, comme par hasard, ce n'est pas l'incendie qu'on filmait, ni ses victimes, mais les victimes des retards à la gare du nord.

    Rien à dire! On est quand même très bien informés en France! Allez, circulez, il n'y a rien à voir.

    RECTIFICATIF OU MISE A JOUR

    Appelez ça comme vous voulez. Blaise a commenté ce billet, en expliquant le retard. Il a eu l'info sur internet.

    Qu'est-ce que cela change par rapport au JT de i-télé? Rien.

    A l'idée du billet? Pas grand chose. Nous nous sommes trompés en pariant sur la raison de la colère des voyageurs, et nous le reconnaissons ici. Parce qu'il faut savoir reconnaître ses erreurs. Comme le dit Blaise, on est allés plus vite que l'avion :).

    Il n'empêche: combien de fois les médias ont-ils parlé des révoltes de voyageurs refusant de prendre l'avion avec des sans papiers scotchés par la police? Et là, puisque la raison de leur colère n'était pas ça, i-télé en a parlé. On a cru un moment que le courage était revenu... à moitié. Illusion...


    3 commentaires
  • Après le jugement du TGI de Bobigny concernant le terrain où MDM a installé des tentes, nous avons tenu à clarifier la situation auprès du public par un communiqué de presse. Rue 89 a été le seul média à s'intéresser, et nous y avons publié une tribune. Se sentant attaquée, l'ONG a cru bon user d'un droit de réponse. En filigrane, on y sent une tentative à isoler La voix des Rroms et surtout à se redorer le blason de MDM en "modérant" un peu les propos tenus par son président sur les "villages d'insertion". La vérité est cependant toute autre: MDM va même plus loin que son éloge à ces camps de semi-internement, en demandant une augmentation des subventions pour ses gestionnaires. Courageuse, voire téméraire initiative!

    Voici notre réaction à cette nouvelle position de MDM:

    Détente sur la forme, oppositions de fond maquillées

    La Voix des Rroms se félicite d’abord de la détente relative dans la communication avec Médecins du Monde. En effet, il y a encore quelques semaines, la communication passait par avocats interposés, suite aux poursuites pour diffamation engagées par MdM contre le président de La voix des Rroms, poursuites dont MdM a été débouté. Or, si la communication est plus détendue dans la forme et les moyens employés, le fond du problème reste là, toujours le même. Des Rroms qui réfléchissent et qui agissent, on dirait que ça dérange.

    Ne mélangeons rien, ni même les genres

    La voix des Rroms s’est senti l’obligation de tirer la sonnette d’alarme au sujet des « villages d’insertion », ceci depuis bientôt un an, auprès notamment des instances européennes. Depuis février 2002, elle a aussi pris l’initiative de la création d’un blog spécial sur les « villages d’insertion », pour informer aussi le public de cette dérive.

    La voix des Rroms n’a pas pour but de polémiquer avec qui que ce soit, mais de défendre les intérêts de la population rromani dans son ensemble. Ainsi donc, nous ne défendons pas les droits des « familles roms », comme le dit MdM, par un abus de langage que nous laissons à l’appréciation de chacun.

    Accords et désaccords

    Parlant au nom de « tous les acteurs engagés auprès des Roms », MDM rappelle que ceux-ci dénoncent « avant tout les expulsions à répétition ». Nous sommes d’accord sur ce point-là avec tous les acteurs, engagés ou pas auprès des quelques milliers de Rroms roumains et bulgares survivant dans des bidonvilles en France, tout en ajoutant que ceux-ci ne représentent que 1,5 à 2% de tous les Rroms en France. Il n’y a effectivement pas de polémique sur ce point.

    En revanche, passer de la qualification des « villages d’insertion » de « solution efficace » à « une des manières, parmi d’autres, de tenter de répondre à une situation déplorable »...  ou encore dire que ces villages peuvent être utiles s’ils sont organisés avec les Roms eux-mêmes et « dotés de moyens suffisants et sur la durée ». Non, docteur ! Ce n’est pas parce que vous ajoutez de la vitamine C après avoir vainement tenté l’aspirine que vous soignerez une tumeur. Le seul qui gagne avec votre nouvelle prescription est le pharmacien qui vendra ses cachets. Ce n’est pas en internant 10% des Rroms de chaque bidonville qu’on résoudra le problème.

    Marketing ou justice sociale, chacun choisit

    Il est tout à fait compréhensible que Médecins du Monde soigne son image, mais celle-ci gagnerait certainement plus d’une prise de position claire que d’une fausse modération des propos, qui s’occupe plus de faire le jeu des gestionnaires de ces camps de semi-internement en demandant plus d’argent pour encore plus longtemps à leur bénéfice. Le choix de Médecins du Monde semble désormais fait et définitif. Il se trouve à l’opposé de l’opinion, argumentée, de La voix des Rroms, pour qui les villages d’insertion loin d’être une « manière de répondre à », sont « une situation déplorable » de plus.

    Tous ceux qui ont lu nos écrits respectifs ont compris que le problème principal était celui de l’accès à l’emploi pour « ces familles et pour les Roms d’Ile-de-France », comme MDM le dit encore par un malheureux abus de langage. Oui, ce problème se pose effectivement pour tous les Rroms, même au-delà de l’Ile-de-France et au-delà des quelques bidonvilles que MdM visite et dont elle prend les habitants comme un échantillon des 500.000 Rroms de France. Il est à résoudre par le changement de la loi en ce qui concerne les Roumains et les Bulgares et par le changement des mentalités en ce qui concerne l’ensemble des Rroms. C’est un vaste programme, certes. La voix des Rroms s’y est engagée depuis sa création en 2005 et s’y maintient, même sans avoir les moyens de l’establishment. Il semble que souvent les ambitions soient inversement proportionnelles aux moyens. La voix des Rroms a choisi de maintenir ses ambitions, même au détriment des moyens. Ce n’est peut-être pas un choix « rationnel », mais il a le mérite de l’honnêteté.




    votre commentaire
  • La demande d’expulsion du terrain où Médecins du Monde a installé des tentes pour une centaine de Rroms roumains a été rejetée par le TGI de Bobigny car la préfecture, demanderesse, n’avait pas assigné la bonne personne : MdM n’est pas l’occupant du terrain. M. Besson, ministre de l’immigration, a déclaré qu’une nouvelle demande d’expulsion sera formulée.

    Entre ces deux moments, criant en quelque sorte « victoire », Médecins du Monde a vu dans la décision des juges un appel à l’exécutif pour s’assoir autour d’une table avec des associations et des acteurs locaux (mais pas avec les Rroms eux-mêmes), afin de trouver une « solution pérenne ». Et pour Dr. Bernard, président de Médecins du Monde, les « villages d’insertion » expérimentés dans le département du 93 sont une « solution efficace ». Or il se trouve qu’il n’en est rien. Ce sont de véritables camps de semi-internement qui en plus risquent de faire monter l’antitsiganisme à l’instar de ce qu’on observe en Italie ou en République tchèque : http://villagedinsertion.blogspot.com

    Dans quelques jours, les juges auront à nouveau le dossier sur leur bureau. Cette fois-ci, la préfecture ne se trompera pas, elle assignera les Rroms qui occupent le terrain. Comme dans tous les autres cas, le tribunal ordonnera l’expulsion. Le problème sera déplacé ailleurs, et toute une série d’associations s’indignera et appellera encore pour la Nème fois une « table ronde régionale », qui évidemment ne viendra pas et qui de toute façon ne pourrait rien résoudre, puisque la région ou le département ne peuvent pas dépasser le cadre légal qui empêche les Roumains et les Bulgares de travailler en France.

    Alors, dans un monde où tout semble business, ces malheureux Rroms roumains sont devenus une matière première prisée par les gestionnaires des « villages d’insertion » et leurs réseaux. Les voici rejoindre leurs cousins de citoyenneté française, baptisés « gens du voyage » dans ce même état de matière première pour les gestionnaires des « aires d’accueil ». Une autre « exception culturelle française» dont la loi Hadopi devrait tenir compte ?

     

    Bookmark and Share <script src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=voxrromorum" type="text/javascript"></script>


    votre commentaire
  • Le Monde rapporte la décision du tribunal de Bobigny suite à la demande d'expulsion formulée par la préfecture du 93 à l'encontre de Médecins du Monde. L'ONG avait fourni des tentes à quelques Rroms originaires de Roumanie dont les abris de fortune dans une usine désaffectée à Bobigny avaient été détruits lors d'un incendie. Un enfant de 7 ans avait trouvé la mort dans l'incendie. Hébergés dans l'urgence dans un gymnase par la mairie de Bobigny, ils en avaient été expulsés par la police et avaient cherché à s'installer à Gennevilliers, d'où ils avaient à nouveau été expulsés dans quelques heures.

    Venus s'installer à St-Denis, sur le quai de St-Ouen, ils ont été soutenus par l'ONG humanitaire qui avait employé alors les moyens de guerre, au sens propre du terme. En effet, des tentes normalement destinés à abriter des réfugiés dans des pays en guerre avaient été installées sur ce terrain à Saint-Denis, portant le logo de Médecins du Monde. D'où l'idée de la préfecture du 93 de demander l'évacuation du terrain à l'encontre de MdM. Or, les juges ont estimé que ce n'est pas MdM qui occupe le terrain. Jusque là, on comprend. En effet, Médecins du Monde a son siège dans le 18e arrondissement de Pars, un bon immeuble avec des bureaux et des salles de réunion...

    L'interprétation que MdM donne du jugement, par contre, est moins compréhensible: On cite l'article du Monde:

    "Pour le Dr Olivier Bernard, président de MDM, par cette décision, le juge "demande à l'Etat de s'asseoir autour d'une table avec les associations et les élus pour trouver une solution d'hébergement pérenne aux Roms". Les "villages d'insertion", en expérimentation depuis 2007 dans trois villes de Seine-Saint-Denis, qui accueillent essentiellement des familles roms désireuses de chercher un emploi et de scolariser les enfants, "sont une solution efficace", avance le Dr Bernard."

    C'est d'abord extrapoler sur une décision tout à fait juridique, en ce qui concerne la fameuse "table". Puis, si les "villages d'insertion... sont une solution efficace"... jugez-en par vous même en vous rendant sur ce site. MdM n'a-t-il pas compris cette réalité, qu'il connait pourtant bien, ne serait-ce que par sa place au sein du collectif associatif Romeurope? Il serait préférable, mais plus que difficile de le croire...

     

    Bookmark and Share <script src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=voxrromorum" type="text/javascript"></script>


    votre commentaire