• Voici enfin un article qui parle des fameux "retours volontaires" de Rroms en Roumanie avec une aide pour le montage de projets. Cela fait un bout de temps que ça existe, et jusqu'ici nous n'avons eu que des nouvelles indirectes de ces aides. Nous n'avons donc pas transmis les retours, plutôt négatifs, qu'on a eus, faute de pouvoir les vérifier de manière certaine.

    Le Monde a pu suivre de plus près, et malheureusement, les échos qu'on avait eus semblent confirmés désormais.


    Billet simple pour la Roumanie
    LE MONDE | 11.10.07

    © Le Monde.fr

     

     


    votre commentaire
  • Vous connaissez sans doute l'expression "balayer devant sa porte". Il semble qu'on l'ait inventée parce que généralement, on voit plus facilement la saleté chez les autres que chez soi.

    Voici un passage de l'article du Monde d'aujourd'hui, dont le lien figure tout en bas de ce billet:

    "Le ministre de la solidarité sociale, Paolo Ferrero, a accusé les collectivités locales de "considérer que destiner des fonds aux nomades était du gâchis" étant donné que "s'occuper des Roms n'apporte pas de voix, au contraire, cela en fait perdre". Une tragédie prévisible, selon lui, étant donné l'incurie, le racisme et l'intolérance dont pâtissent les Roms. L'Association nationale des maires ne se reconnaît pas dans ces accusations. Les élus déplorent à leur tour "avoir été laissés seuls face à ce problème".

    L'Italie compte 140 000 Roms, dont 60 % de mineurs. Seuls 37 % d'entre eux sont pris en charge dans des programmes de réinsertion sociale."

     

    Bon Dieu de bon sang! Quand comprendra-t-on qu'IL NE S'AGIT PAS DE NOMADES???? Puis, si s'occuper des Rroms fait perdre des voix, n'est-ce pas là le fond du problème, que tous devraient s'atteler à résoudre? DEMAGOGIE DE BAS NIVEAU!!!!!

    Et puis, Qu'est-ce que ça veut dire que "seuls 37% d'entre eux sont pris en charge dans des programmes de réinsertion sociale" ? Que tous les Rroms sont des cas sociaux? Pourquoi ne s'intéresse-t-on pas plutôt au business associatif à qui on délègue à la fois le travail social et surtout le soin pour que cela dure, en refusant systématiquement de s'attaquer à la racine du mal et en faisant uniquement du maquillage?  

     


    votre commentaire
  • Il n'est plus besoin de présenter Kusturica, tellement il est connu.

    En revanche, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, il sort à nouveau son film Dom za vesanje (Un foyer pou la pendaison), toujours sous le titre plus accrocheur en français "Le temps des Gitans", dans une DVD collector. Félicitations! Nous ne faisons pas de publicité, et encore moins sur des films qui parlent des Gitans de Macédoine, parce que cela serait comme si on parlait des marins-pêcheurs brettons des hauts plateaux du Tibet. Il n'y a pas de Gitans en Macédoine, pas plus qu'en Roumanie, en Slovaquie ou ...

    Et puis, pour vendre du Kusturica, tous les arguments sont bons. Dans une critique de Jean-Max Méjean, que vous pouvez trouver ici , on peut lire : « D'ailleurs, Le temps des gitans est un film que Tito, de son vivant, aurait censuré car c'est lui qui décidait de la programmation des films et celui-ci aurait donné une trop mauvaise image de la Yougoslavie d'alors, cette Yougoslavie qui, quelques années après la mort du dirigeant, allait basculer dans une interminable guerre civile. »

    Juste pour information, au cas où M. Méjean tombe sur ce blog : Josip Broz, dit Tito, est mort en 1980. Neuf ans plus tard, en 1989, Emir Kusturica sort son film Dom za vesanje (Le temps des gitans). Trop fort Tito ! Il aurait donc réussi à interdire le film 9 ans après sa mort !!!

    <o:p> </o:p>

    Puis la critique continue « « Étranges étrangers », selon l'expression de Jacques Prévert, sont alors ces modernes nomades en constants déplacements erratiques, supposés sans toit ni loi. Car, d'une manière générale, avec leurs roulottes et leurs décors baroques, leur errance et leur marginalité, ils font peur et dérangent, tout en déplaçant aussi avec eux cette part de rêve que l'art a su si bien magnifier. » L'image du tsigane errant et marginal fait rêver peut-être, fait vendre sûrement, mais fait cauchemarder aussi ! Rappelons que « Le temps des gitans » était la référence des intervenants sur le plateau de « C dans l'air » il y a un an et demi, une émission qui, intitulée « Délinquance : la route des Roms », s'est attaché à démontrer, sur la foi de cette fiction et de mensonges, que les Roms sont des délinquants organisés par clans.

    L'idée n'est pas toute étrangère dans cette présentation du film non plus, puisque, parlant du film « J'ai même rencontré des tsiganes heureux », l'auteur écrit : « À travers le destin d'un plumassier, Petrovic réussit à dessiner le portrait coloré, entre rêve et réalité, d'une communauté tzigane, en s'interrogeant sur la vie d'un peuple partagé entre son désir d'intégration au sein des Républiques yougoslaves, qui considéraient les Roms comme des citoyens à part entière, et son extrême marginalité, bien inscrite dans les traditions. ». Une marginalité bien inscrite dans les traditions d'un peuple. Voilà qui est dit ! Imaginez seulement une seconde si on disait que la marginalité est inscrite dans les traditions françaises, hongroises ou juives...

    <o:p> </o:p>


    1 commentaire
  • Dans la rubrique médias, nous n'avons pas eu très souvent l'occasion de présenter des choses positives. Alors, cette fois-ci, on en profite à fond (à donf diraient d'autres).

    Cela s'est passé dimanche, 18 mars, sur Zaléa TV, une chaine de TV libre qui nous a invité le collectif du 8 avril pour présenter le projet qu'il porte. Dans un message antérieur, nous vous avons déjà mis au courant de cette journée qui se déroulera à Montreuil, aux studios du Théâtre de Montreuil (52, Rue du sergent Bobillot, M° Croix de Chavaux). Nous avons eu deux heures d'antenne sur cette TV libre, pour présenter la journée du 8 avril et les activités autour de cette journée.

    Vous pouvez voir cette émission sur le site de zaléa TV, en cliquant ICI

    Evidemment, cela vous donnera une idée du projet et de la fête le 8 avril, y compris du menu du banquet gratuit et des représentations artistiques, mais rapelons-le, c'est une projet dynamique qui s'enrichit tous les jours, même toutes les heures. Vous pouvez aussi vous rendre sur le site du 8 avril: http://www.journee-mondiale-rroms.org pour plus de détails.

    Aussi, pour ceux qui le peuvent et qui le souhaitent, nous avons lancé un appel aux dons afin d'assurer à la fois une grande qualité de l'événement et sa gratuité pour le public. Vous pouvez libeller votre chèque à l'ordre de didattica ou de la voix des Rroms et l'envoyer à

    Association didattica
    Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris La Villette (ENSAPLV)
    144 avenue de Flandre
    75019 Paris

    Surtout, nous vous attendons nombreux le 8 avril !


    1 commentaire
  • Le ministre candidat à l'élection présidentielle, M. Nicolas Sarkozy, a visité Perpignan. Nous passerons sur quelques détails de cette visite surprise, et sur les raisons de cette discrétion au départ de la visite. Si vous êtes intéressés de les connaître, vous pouvez lire cet article du Monde.

    Signalons juste qu'il y environ deux ans, une rixe entre jeunes avait dégénéré en conflit massif entre Maghrébins et Gitans de cette ville. La surmédiatisation et les interprétations qui en ont été faites y étaient peut-être pour quelque chose. Puis, un an après ce conflit, M. Sarkozy était revenu sur les lieux, et sur ce blog nous en avions parlé, notamment du mécontentement de deux activistes locaux (un Maghrébin et un Gitan) de la façon dont le problème était traité, ou plutôt ne l'était pas, parce qu'ils se plaignaient de l'absence totale de soutien de leur action dans les quartiers auprès des jeunes. Ils avaient dit entre autres qu'ils attendaient plutôt le ministre chargé des affaires sociales plutôt que le ministre de l'intérieur.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Et enfin, presque deux ans après, M. Sarkozy est officiellement candidat à la présidence et il retourne à Perpignan. Nous avons relevé ce passage de l'article du Monde d'aujourd'hui :

    « Le débat démarre par un hommage d'une participante à Mme Dati : "Elle a réussi à nous faire sentir les choses que nous n'avions pas comprises, explique une jeune fille en dévoilant en partie le travail préalable de la conseillère de M. Sarkozy. »

    <o:p> </o:p>

    Etrange... les choses qu'on comprenait pas, on nous les fait sentir. Dans une campagne électorale... Descartes, tu nous manques !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique