• Liberté - le nouveau film de Tony Gatlif

  • Commentaires

    1
    fabio
    Vendredi 25 Septembre 2009 à 19:34
    Vivement de voir ce film
    Je suis très content que l'on puisse faire un film sur ce sujet. Maintenant j'aimerais qu'un jour on fasse un film sur les survivants, comment reconstruire son identitée? Pour les enfants Rroms nés en Allemagne ( dans des camps de travail..), venus dans d'autres pays à qui on a inculqué le mutisme et qui on fait de même pour être assimilé (au cas où?!)...Mais il ne faut pas se voiler la face. Les Rroms sont les Indiens d'Amérique du nord du vieux continent Européen. Je parle dans l'obligation d'intégration! Obliger et Intégrer? Oublier n'est pas être intégrer.....
    2
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 19:18
    le film LIBERTE SUPER !
    LES OUBLIES DE LA MEMOIRE L'histoire commence à reparler d'eux, ces oubliés de ma mémoire qui ont été chassés, parqués puis emprisonnés par la police de Vichy avant qu'ils ne soient pour la plupart déportés. Plusieurs centaines de milliers d'entre eux, sans que l'on puisse en connaître le nombre, sont morts en camp de concentration. Ce film émouvant au possible nous fait partager la vie difficile et dramatique d'une grande famille tzigane qui cherche tout simplement à vivre dans cette France occupée où la police aux ordres les poursuit. Théodore, vétérinaire et maire d'un village de la zone occupée les accueille et cherche avec l'institutrice Madame Lundi à les protéger de la vindicte populaire. La population paysanne accepte ces gens venus d'ailleurs à la condition qu'ils ne restent pas longtemps et quand Théodore propose leur sédentarisation provisoire afin qu'ils ne soient pas envoyés en camp par les nazis, les vieux réflexes quelque peu xénophobes prennent le dessus. Les personnages sont très attachants et le réalisateur a évité toute caricature, c'est ainsi que le spectateur découvre la vie de ces « roms » et très vite il se prend d'affection pour Taloche, le grand enfant de 30 ans magnifiquement interprété qui protège P'tit Claude, un enfant dont les parents ont disparu . Le spectateur n'a pas le temps de souffler ou de respirer car si au début de l'histoire, les images et la musique nous plongent dans un milieu chaleureux ou l'on se sent bien, très vite on perçoit le danger qui guette et le drame qui arrive. Evidemment Marc Lavoine est plus vrai que nature dans se rôle taillé pour lui mais ce sont les tziganes qui nous attirent par le jeu étonnant haut en couleurs et en mouvements de Taloche qui saute, court, bondit et volerait presque ou par la belle Tsigane sur son cheval au galop. Des questions bien actuelles sont posées par ce film comme celles sur les conditions de scolarisation et d'accueil de ces enfants. En effet si ce film qui ne laisse aucun spectateur indemne nous plonge dans l'histoire noire de notre pays et de l'Europe, il nous conduit aussi à réfléchir sur la situation actuelle. Comme l'a exprimé un homme du voyage à la fin d'une projection : «  aujourd'hui encore nous sommes obligés de pointer touts les trois mois avec des carnets qui ressemblent étrangement à ceux d'hier ». Comme « autrefois » , les panneaux indiqués « interdit aux gens du voyage » sont apposés un peu partout et des barrières les empêchent d'occuper des terrains alors que ceux qui devraient être aménagés ne restent qu'en l'état de projet... Le débat actuel sur l'identité nationale nous montre que les périls sont encore là. La France a effectivement un devoir de mémoire à remplir, non seulement pour rendre hommage à toutes celles et à tous ceux qui ont disparu dans les campas de la mort mais aussi pour que plus jamais cette patrie des droits de l'homme ne soit souillée par le racisme et la haine de l'autre. Ne manquez pas ce film qui sortira le 24 février 2010, emmenez y vos amis . Les tsiganes vous feront danser et vous vous souviendrez longtemps de cette histoire sociale et humaine dramatique. Jean-François CHALOT
    3
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 19:19
    le film LIBERTE SUPER !
    LES OUBLIES DE LA MEMOIRE L\'histoire commence à reparler d\'eux, ces oubliés de ma mémoire qui ont été chassés, parqués puis emprisonnés par la police de Vichy avant qu\'ils ne soient pour la plupart déportés. Plusieurs centaines de milliers d\'entre eux, sans que l\'on puisse en connaître le nombre, sont morts en camp de concentration. Ce film émouvant au possible nous fait partager la vie difficile et dramatique d\'une grande famille tzigane qui cherche tout simplement à vivre dans cette France occupée où la police aux ordres les poursuit. Théodore, vétérinaire et maire d\'un village de la zone occupée les accueille et cherche avec l\'institutrice Madame Lundi à les protéger de la vindicte populaire. La population paysanne accepte ces gens venus d\'ailleurs à la condition qu\'ils ne restent pas longtemps et quand Théodore propose leur sédentarisation provisoire afin qu\'ils ne soient pas envoyés en camp par les nazis, les vieux réflexes quelque peu xénophobes prennent le dessus. Les personnages sont très attachants et le réalisateur a évité toute caricature, c\'est ainsi que le spectateur découvre la vie de ces « roms » et très vite il se prend d\'affection pour Taloche, le grand enfant de 30 ans magnifiquement interprété qui protège P\'tit Claude, un enfant dont les parents ont disparu . Le spectateur n\'a pas le temps de souffler ou de respirer car si au début de l\'histoire, les images et la musique nous plongent dans un milieu chaleureux ou l\'on se sent bien, très vite on perçoit le danger qui guette et le drame qui arrive. Evidemment Marc Lavoine est plus vrai que nature dans se rôle taillé pour lui mais ce sont les tziganes qui nous attirent par le jeu étonnant haut en couleurs et en mouvements de Taloche qui saute, court, bondit et volerait presque ou par la belle Tsigane sur son cheval au galop. Des questions bien actuelles sont posées par ce film comme celles sur les conditions de scolarisation et d\'accueil de ces enfants. En effet si ce film qui ne laisse aucun spectateur indemne nous plonge dans l\'histoire noire de notre pays et de l\'Europe, il nous conduit aussi à réfléchir sur la situation actuelle. Comme l\'a exprimé un homme du voyage à la fin d\'une projection : «  aujourd\'hui encore nous sommes obligés de pointer touts les trois mois avec des carnets qui ressemblent étrangement à ceux d\'hier ». Comme « autrefois » , les panneaux indiqués « interdit aux gens du voyage » sont apposés un peu partout et des barrières les empêchent d\'occuper des terrains alors que ceux qui devraient être aménagés ne restent qu\'en l\'état de projet... Le débat actuel sur l\'identité nationale nous montre que les périls sont encore là. La France a effectivement un devoir de mémoire à remplir, non seulement pour rendre hommage à toutes celles et à tous ceux qui ont disparu dans les campas de la mort mais aussi pour que plus jamais cette patrie des droits de l\'homme ne soit souillée par le racisme et la haine de l\'autre. Ne manquez pas ce film qui sortira le 24 février 2010, emmenez y vos amis . Les tsiganes vous feront danser et vous vous souviendrez longtemps de cette histoire sociale et humaine dramatique. Jean-François CHALOT
    4
    eliza
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 16:22
    à voir absolument
    EXCELLENT FILM, le dernier millésime signé Mr Gatlif. Que du bon. Je l'ai vu en avant première et je vous le conseille vivement. Le sujet historique des tsiganes est bien abordée, et le tout est très fluide (pas de longueur), et il y a des scènes que j'oublierai jamais. Pour les connaisseurs, c'est moins Gatlif que Transylvania, mais cela a eu le mérite de plus plaire à mon chéri :))
    5
    Lundi 22 Février 2010 à 14:15
    olaa
    olAaa j'admire le tony gatlif, tous les films kil a fait..je les ai tous vus.. maan dieu et celui la alors je courre pr aller le voir vite vite!! lol je suis contente qu'on fasse un film comme ca. Et si ya besoin de quelqu'un pour defendre ce sujet.;man dieu je serai la premiere.. Cet amour de la liberté, de la nature..comme il est dit dans l'exrait la, qu'ils sont hébergés dans des maisons de pierres mais ne supportent pas.. je le comprends et je le ressens.. je me suis habituee aux voyages, vivre dans les campings, et rester en maison, je me sens ettouffée.. Rien que ce souvenir dans ma tete, quand l'été on a tous les campings dans le terrain, qui fait soleil, c'est le matin, je me reveille,jouvre les fenetes, et jouvre ma porte du camping, et j'ai la vue sur l'herbes les arbes, et ke je sors, je pose mon pied sur l'herbe..rien que ca..rien que ca.. ca fait tout man bonheur..marcher pieds nus, surveilles les tiknos ki samusont dehors..tout ca.. c ma vie..pr rien a monde je changerai pr avoir une vie dans un appartement..ou alors c que je ne suis plus moi...voila
    6
    Galka
    Samedi 27 Février 2010 à 14:52
    Liberté
    Simple petite français d'origine polonaise, j'ai toujours été passionnée par la culture des Roms...Il y a là des valeurs que j'apprécie particulièrement...Je me suis donc beaucoup documentée sur leur histoire et leur origine avec grand plaisir!! Mon grand-père (polonais) a fini ses jours en camp de concentration durant la dernière guerre, ce qui m'a également poussée à faire des recherches à ce sujet...Je suis heureuse qu'enfin quelqu'un se décide à parler de toutes ces familles de Roms décimées dans les camps de la mort!! Loin d'être antisémite, j'ai toujours été choquée par le fait que l'on évoque sans cesse la Shoah et la persécution des juifs dans les livres d'histoire alors que l'on fait totalement impasse sur celle des n'avaient n'existaient pas!! Il était temps que l'on retrouve la mémoire et que l'on rende aux Roms tout l'honneur qu'ils méritent...
    7
    Galka
    Samedi 27 Février 2010 à 14:55
    Liberté (rectificatif)
    Simple petite français d\'origine polonaise, j\'ai toujours été passionnée par la culture des Roms...Il y a là des valeurs que j\'apprécie particulièrement...Je me suis donc beaucoup documentée sur leur histoire et leur origine avec grand plaisir!! Mon grand-père (polonais) a fini ses jours en camp de concentration durant la dernière guerre, ce qui m\'a également poussée à faire des recherches à ce sujet...Je suis heureuse qu\'enfin quelqu\'un se décide à parler de toutes ces familles de Roms décimées dans les camps de la mort!! Loin d\'être antisémite, j\'ai toujours été choquée par le fait que l\'on évoque sans cesse la Shoah et la persécution des juifs dans les livres d\'histoire alors que l\'on fait totalement impasse sur celle des Roms comme s'ils n\'avaient jamais existé... Il était temps que l\'on retrouve la mémoire et que l\'on rende aux Roms tout l\'honneur qu\'ils méritent...
    8
    Lorette
    Lundi 15 Mars 2010 à 02:46
    Liberté...
    Merci à vous les Rroms de nous rappeler que nous sommes tous des êtres de l'errance et au cinéma de Tony Gatlif de nous faire vibrer en vous révèlant à notre nostalgie... Que vive la Vie!
    9
    pascale
    Lundi 26 Avril 2010 à 22:48
    liberte
    un grand merci a tony pour la poesie et l'humanité de son film liberté peut on être gadgo et pourtant romanichel ?
    10
    gadji dili
    Mercredi 5 Mai 2010 à 20:06
    liberation ?
    Liberte ? Trop de silences pesent sur ce film. Les manouches maintenus dans certains camps apres la liberation ne le savent que trop bien ... Quelle tristesse de voir un film si "engage" eviter les sujets qui fachent.
    11
    Rousseau
    Vendredi 6 Août 2010 à 19:49
    Cours de romani
    J'ai quelques 34 cours de romani que j'ai organisé, rédigé et envoyé par mails à plus de 50 destinataires dont des étudiants roumains dont un Rom. Je les mets à votre disposition si cela vous intéresse. Michel
    12
    RAZIBUZOUZOU
    Vendredi 27 Août 2010 à 13:08
    TONY
    Génial TONY , beaucoup de talent ET une humanité sans LIMITE . je suis l'ami des Rroms et des peuples opprimés.
    13
    Mercredi 20 Juillet 2016 à 10:59

    I hope I will enjoy this film. Thanks for sharing this news. And the replies are interesting.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :