• Libération fait la pub des "tsiganes mangeurs de chien"

     On n'en a pas fini avec les journalistes! Il y en a des bons, c'est sûr, mais ... il y en a d'autres aussi, que nous ne qualifierons pas. vous savez sans doute que le journal "Libération" est en une situation de crise. Voilà comment il veut en sortir: en faisant la pub de torchons que leurs auteurs appellent "livres", et qui parlent des "Tsiganes mangeurs de chiens"; Voici un article sur ce lien. Et en bas, notre lettre à l'auteur de l'article

    Monsieur,

    Je voudrais vous dire, en reprenant des termes de votre article, que dans "l'échelle de répulsion" on peut tout à fait voir ce que l'expression "mangeurs de chien" charrie. En revanche, ce qui pourrait être quelque peu imperceptible pour le lecteur, c'est la répulsion que suscite le message colporté par votre article. Il peut bien s'agir d'une tentative de sauver votre journal, que les Français savent en difficulté mais si on appliquait l'adage "la fin justifie le moyens" nous serions prêts à répéter les périodes les plus sombres de l'histoire du 20e siècle.

    Aussi, nous nous interrogeons sur les motifs qui vous poussent vous et votre journal à faire la promotion de tels préjugés sur les Rroms, préjugés qui n'ont jamais été prouvés, ni il y a 50 ans, comme vous le suggérez, ni, encore moins aujourd'hui, alors que:

    a) la consomation de viande canine est toujours une pratique courante parmi d'autres populations, y compris en France. N'auriez vous pas le courage d'écrire sur ce fait à propos des Chinois ou des Koréens et? Alors pourquoi cette témérité à propos des Rroms? Sans doute pensez vous, à l'unisson avec M. Gauss, qu'ils sont une cible facile.

    b) N'avez-vous, et votre journal des actualités sur les Rroms plus intéressantes et surtout plus réalistes pour chercher dans ce qu'il y a de plus primitif dans l'esprit de paysans slovaques et en faire, un livre pour votre ami Gauss, et un article de promotion pour vous -même? Nous vous rappelons, par exemple, que vos collègues du journal avaient refusé, il y a un an, de faire l'écho de la protestation des association rroms à l'encontre de l'émission "Délinquance: la route des Roms", animée par M. Yves Calvi sur France 5. Aussi, et plus généralement, nos nombreux communiqués n'ont pas trouvé d'écho de la part de votre journal. Nous sommes donc tentés de penser que ce qui vous intéresse ce ne sont pas des informations sérieuses sur notre peuple, mais le scoop digne d'un tabloïd. Quelle déception que de constater que le risque identifié par certains que Libération devienne un tabloïd commence déjà à se réaliser! Espérons seulement que la tendance soit réversible. Et si elle prend une meilleure direction, vous pouvez toujours nous joindre pour savoir plus sur notre culture, au-delà des stéréotypes et des préjugés faciles. En attendant, vous pouvez d'ores et déjà en avoir un apperçu sur http://lesrroms.blogg.org


  • Commentaires

    1
    dili bibi
    Vendredi 7 Décembre 2007 à 12:42
    Libération
    Je me souviens bien, cher fondateur de la Voix des Rroms, de ce matin frisquet où nous nous sommes pointés tous les deux à Libé avec une cassette (on en a fait un max de ces cassettes ) de cette émission dans laquelle M. Calvi a entendu sans lui intimer l'ordre de se taire un de ses invités "spécialiste des populations" : "on peut intégrer les enfants, comme le rappelait M. le Juge, à l’instant, sur le long terme, à condition de leur donner une éducation convenable et de les sortir de leur milieu familial, ce qui reste encore une autre affaire. Mais pour ce qui concerne les adultes, parce qu’on a aussi affaire à des adultes, pour l’instant je ne vois pas personnellement de solution…c'était dommage qu'on ne puisse pas enlever leurs gosses aux Rroms pour les éduquer" Or enlever des enfants à leur famille n'est-ce pas un "transport forcé d'enfants?" Si je me souvient de mes études de droit "enlever leurs gosses aux Rroms" relève d'après l'article 211 paragraphe 1 du Code pénal du génocide... pourquoi cela n'a-t-il pas indigné Libé? Répondez-moi tout de suite ou je croirais que Libé... euh... moi qui fus téméraire dans le temps maintenant j'ai peur de me retrouver non pas reconduite à la frontière (laquelle?) puisque Française (bien que Rrom) mais à Fleury-Mérogis. Tristes temps: non seulement on nous bat, on nous insulte, on brûle nos villages mais on peut nous rendre lâches.Heureusement pas tous.... (clin d'oeil à un jeune homme intraitable qui se reconnaîtra)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :