• Après multes relances auprès du Ministère de l'Intérieur, concernant le courrier que nous avions adressé à M. Nicolas Sarkozy, Ministre d'Etat, Ministre de l'Intérieur et de l'aménagement du territoire (voir notre courrier ci-dessous), nous avons reçu une lettre, dont voici la teneur:


     


    République française


    Ministère de l'Intérieur et de l'Aménagement du Territoire


     


    Paris, le 11 juillet 2006


     


    Monsieur,


    La correspondance du 27 juin dernier que vous avez adressée à Monsieur Nicolas SARKOZY, Ministre d'Etat, Ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du Territoire, lui est bien parvenue.


    Le Ministre d'Etat m'a chargé de vous indiquer que les nombreuses contraintes de son emploi du temps ne lui permettent malheureusement pas de réserver une suite favorable à votre demande d'audience.


     Toutefois, compte tenu des faits que vous relatez, il m'a chargé de transmettre votre lettre au service concerné pour un examen attentif et approprié.


    A l'issue de cet examen, vous ne manquerez pas d'être tenu informé de la suite qui pourra être réservé à votre démarche.


    Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de ma considération distinguée.


     


    Signée par Samuel FRINGANT, chef adjoint de cabinet


    -----


    Tout commentaire sur cette lettre sera le bienvenu et nous éclairera dans les suites que nous comptons donner à cet échange. D'ores et déjà, l'association "La Voix des Rroms", qui avait demandé une audience estime que:


    - sa demande, pourtant légitime, reste sans réponse de la part du Ministre


    - les contraintes de l'emploi du temps du Ministre, - que nous connaissons, - ne nous semblent pas s'opposer à ce qu'un responsable du Ministère pouvant discuter sur l'ensemble des sujets que nous avons évoqués dans notre courrier, puisse nous recevoir. Tel n'est pas le cas en l'espèce, puisque le "service cooncerné" dont il est fait mention dans le courrier du Ministère n'a pas le mandat pour traiter l'ensemble de nos demandes. En effet, par téléphone nous avons appris qu'il s'agit de la DGPN (Direction Générale de la Police Nationale).


    Enfin, concernant le rapatriement du corps de Vilhelm, dont nous avions demandé la prise en charge par l'Etat, nous vous informons que la solidarité a pris le relais. La famille Covaci est actuellement en Roumanie pour donner l'adieu à son fils et lui offrir une sépulture digne. Elle sera bientôt de retour, pour continuer à se battre jusqu'à ce que la vérité sorte au grand jour et que justice soit faite. "La Voix des Rroms" reste à ses côtés dans ce combat.


     


    votre commentaire
  • Convivència est une sorte de festival annuel à Arles, organisé par l'association "Attention culture".


    C'est un espace d'échange, de dialogue, de découverte et de vivre ensemble, qui va tellement bien à cette ville magnifique du Sud de la France. Cette année, nous y avons participé, invités par nos amis arlésiens. Un débat a réuni des élus, des militants associatifs et du public. Un débat riche, bien animé, parfois même trop bien animé, et donc, ça a fait du bien.


     Entre autres, il a été question de l'identité. Voici un texte présenté par notre ami manouche Joseph Stimbach, auteur entre autres d'un livre qui s'intitule tout simplement "Paroles d'un Manouche":


     


    L'identité, vue par un Sinto (Manouche)

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p><o:p> </o:p>Rappelez-vous cette phrase : « le chien aboie et la caravane passe ! »
    A l'époque personne n'était concerné que la caravane passe et que le chien aboie parce qu'on s'en fichait pas mal, ça ne concernait que des nomades.
             Aujourd'hui on est dans une situation grave, rappelez-vous les Rroms de Paris, l'intervention musclée du ministère de l'Intérieur : ils ont écrasé les caravanes avec les bulldozers et l'image qu'on en a retenu c'était des Rroms qui partaient avec leur accordéon ou leur guitare sur le dos : c'était tout ce qui leur restait... Quand ma mère a vu ça à la télé elle m'a dit : « Ham naśede » (on est perdus !), c'est comme ça que ça a commencé pour nous pendant la guerre, c'est comme ça qu'à 9 ans je me suis retrouvée internée avec ma famille au camp de Saliers en Provence ! »
            
             L'identité c'est très important, la preuve c'est que ce chien qui aboie et qui mord n'a aucune identité propre, il n'est que le chien de son maître. Regardez les Pitbulls : on a trafiqué la génétique pour pouvoir en faire des tueurs : comme les armes sont interdites, à travers cette nouvelle race de chiens des gens peuvent exprimer leur violence et leur agressivité en toute impunité !
             En affirmant ton identité tu peux discuter et ouvrir les portes du dialogue car on te respecte plus. Aujourd'hui revendiquer son identité c'est comme avoir un bouclier, les gens qui nous gouvernent peuvent taper mais quand tu es couvert, les coups tu les sens moins ! Tout le monde est concerné : dans les cités les gens qui sont en recherche d'identité, les jeunes en particulier, arrivent à faire n'importe quoi pour se faire remarquer car ils vivent dans des ghettos. Leurs parents déracinés ne peuvent plus leur transmettre leur vraie identité car eux-mêmes ont cru bien faire en s'intégrant pour passer inaperçus et être acceptés à travers le regard des sédentaires. Ils ont aussi été obligés à cause des lois répressives votées par nos politiques. Avoir des papiers d'identité en règle compte tellement pour ceux qui viennent de l'extérieur ou qui sont nomades comme les Manouches !
    <o:p> </o:p>         Quand tu as une véritable identité tu es plus tolérant !
    <o:p> </o:p>         Regardez cet homme dans le désert, on a voulu lui donner une identité, celle de Roi d'Israël alors qu'il s'est dit Fils de Dieu, venu sauver les hommes, et on l'a tué !
             Aujourd'hui la situation en France pour les Manouches nomades est la même, les lois restrictives veulent les empêcher de voyager, donc de garder leur véritable identité. La France est encore pour quelques temps le seul endroit au monde où les voyageurs défendent la liberté de voyager.
             Le semblant de tolérance qui existe encore, - à savoir les terrains « désignés », - cache le fait que bientôt les voyageurs ne pourront plus se poser ailleurs que sur ces terrains bien répertoriés. Adieu la Nature, les ruisseaux où on mettait nos osiers à tremper, les champs où nos chevaux se nourrissaient d'herbe tendre, les marchés ambulants, le porte à porte, le rémouleur, les feux qui nous donnaient la vie et autour desquels on transmettait nos savoirs...
    Adieu la vie, bonjour le béton !
             Les chiens continuent à aboyer et à mordre, mais la caravane risque de ne plus passer !
    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>Pamiers le 30 juin 2006
    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>Joseph STIMBACH
    Association CHAVE FOUN WINTA
    <o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    votre commentaire
  • Bonjour,


    Une pétition a été mise en ligne depuis peu, par laquelle nous demandons que toute la lumière soit faite sur la mort de Vilhelm Covaci, mort dans des circonstances inquiétantes (voir les posts à ce sujet). Vous pouvez la consulter et la signer ici 


    1 commentaire








  • Dans la nuit du 19 au 20 juin 2006, Vilhelm Covaci, un jeune Rrom roumain de 20 ans a été coursé par les policiers et a trouvé la mort dans le canal Saint-Denis. Son corps n'a été retrouvé que trois jours plus tard. Son beau-frère, Daniel Moldovan, a également sauté dans l'eau avant d'être interpellé et tabassé jusqu'à en perdre connaissance. Il a été conduit au commissariat d'Aubervilliers, où un médecin a demandé son hospitalisation. Il a été libéré sans poursuites.







    Comment un jeune homme de 20 ans, sachant parfaitement nager a-t-il pu se noyer dans le canal ?

    Il semble clairement que l'enquête ouverte par le Procureur de la République pour mort suspecte, ne répondra pas à cette question qui tourmente la famille et amplifie sa douleur. Les parents de Vilhelm veulent la vérité, mais il ne leur reste qu'une seule option : se constituer partie civile et devenir ainsi partie prenante dans la procédure. Il en va, au-delà du cas de Vilhelm, du respect du droit à la vie. Après Zied, après Eric, après Fethi, cela fait trop de vies perdues dans des circonstances troublantes à la suite de rencontres avec les forces de l'ordre.




    La famille Covaci a décidé de se constituer partie civile et d'exiger que toute la lumière soit faite sur la mort de leur fils et frère. Or, pour cela, il lui faudra consigner une somme qui sera décidée par le juge d'instruction et qui peut aller jusqu'à 15000 euros. Nous faisons appel à votre solidarité pour permettre une vraie enquête et un vrai procès, qui aboutira à l'identification et à la sanction des responsables de la mort de Vilhelm.

    Pour faire un don par chèque :

    Libellez vos chèques à l'ordre de l'association « Femmes rroms, sinté et kalé », en écrivant au dos des chèques « pour le procès des consorts Covaci »


    Adressez-les à:



    Association des femmes rroms, sinté et kalé



    14, rue Joseph Dijon



    75018 PARIS
     



    Pour un don par virement bancaire :
    Association « Femmes rroms, sinté et kalé »



    BNP



    Code Banque    30004                 


    Code Agence    01404         


    N° compte       00010044989  

    Clé rib             66

                <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Ordre du virement : « pour le procès des consorts Covaci »
     

                   Associations rroms



    La Voix des Rroms & Femmes rroms, sinté et kalé



    Contact: lavoixdesrroms@yahoo.fr                 

    Tel. 06.68.10.72.27 (Saimir)


    votre commentaire
  • Bonjour,


    Cela fait quelque jours que nous n'avons pas donné de nouvelles sur le blog. En fait, nous sommes tous très occupés après la mort de Vilhelm, et plusieurs actions sont en cours. Demain, samedi, nous nous joignons à la manifestation contre l'immigration jetable à Bastille, à 15 heures, avec des banderoles "Nous voulons la vérité sur la mort de Vilhelm" "La Voix des Rroms" et des drapeaux rroms. Une pétition circulera pour signatures, demandant que toute la lumière soit faite sur cette mort dans des circonstances troublantes après une rencontre avec la police.


    Aussi, nous avons demandé un entretien à M. Sarkozy, mais n'avons toujours pas eu de réponse. Voici la télécopie que nous avons envoyée:


     

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> __________________________________________________________________________________</o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p>A l'attention de M. Nicolas Sarkozy, ministre d'Etat,
    ministre de l'Intérieur et de l'aménagement du territoire
    <o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p>

                  Paris, le 27 juin 2006

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p>Objet : demande d'entretien au sujet de la mort de M. Vilhelm Covaci
    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    Monsieur le ministre d'Etat,

    <o:p> </o:p>

    Dans la nuit du 19 au 20 juin dernier, M. Covaci, citoyen roumain d'origine rrom, est décédé dans le canal Saint-Denis à Aubervilliers, alors qu'il était poursuivi par les forces de police. La victime et son beau-frère ont sauté dans le canal par crainte d'une interpellation pour séjour irrégulier. Les circonstances de cette mort restent aujourd'hui encore très obscures, dans la mesure où la victime savait parfaitement nager, mais aussi et surtout, du fait que son corps n'a été trouvé que trois jours après. Aussi, nous sollicitons un entretien avec vous dans les plus brefs délais et nous demandons :

    <o:p> </o:p>

    1. l'ouverture d'une enquête sur les causes du décès de Vilhelm Covaci et sur les violences commises par les policiers sur son beau-frère Daniel Moldovan

    2. la prise en charge par l'Etat des frais de rapatriement du corps de Vilhelm Covaci

    3. la régularisation de la situation administrative du survivant et de la famille du défunt

    4. des sanctions contre tous les policiers auteurs de violences envers les Rroms
    <o:p> </o:p>

    Nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur cette affaire qui rappelle étrangement le drame de Clichy-sous-Bois avec toutes les conséquences que l'on sait. Vous comprendrez donc que nous rendrons public le contenu de cette lettre.

    <o:p> </o:p>

    Veuillez croire, Monsieur le ministre d'Etat, l'expression de notre très haute considération


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique