• Le Papa Noël rrom chez Hortefeux

    Quand le Papa Noël rrom va chez le ministre de l'immigration, de l'identité nationale, de l'intégration et du codéveloppement, il lui offre quoi, à votre avis?

    Eh bien, c'est évident: UN BOOMERANG

    Car M. Hortefeux a fait des Rroms de Roumanie et de Bulgarie de véritables boomerangs, les renvoyant dans leur pays en toute illégalité, puis les attendre revenir pour les expulser à nouveau, et à faire ainsi du chiffre.

    Et la carte postale, c'est un tableau représentant les rafles de Rroms dans l'empire d'Autriche-Hongrie, que voici

     

    Carte postale sur laquelle on a écrit le texte suivant:

     

    Monsieur le Ministre,

    <o:p> </o:p>

    En 2007, alors que nous sommes devenus citoyens européens du fait de l'entrée de nos pays à l'UE, nous avons continué à faire l'objet d'expulsions massives et répétées, en contradiction parfaite avec les règles en matière de circulation à l'intérieur de l'espace européen. Plusieurs d'entre nous ont été reconduits vers la Roumanie ou la Bulgarie à plusieurs reprises, revenant à chaque fois comme le droit nous en est reconnu.

    <o:p> </o:p>

    Nous avons été traités donc des boomerangs humains dont chaque lancement contribuait à augmenter artificiellement le chiffre des reconduites hors territoire français. A chaque lancement, de l'argent public a été engagé sans aucune raison, ni efficacité et nos efforts de construire une vie décente en France ont été anéantis.

    <o:p> </o:p>

    En cette fin d'année, nous tenons à vous offrir ce boomerang de fabrication artisanale, dont le lancement n'aurait jamais les mêmes conséquences.

    <o:p> </o:p>

    Un groupe de Rroms ressortissants de la Roumanie

    <o:p> </o:p>


    Nous étions 5-6 personnes à vouloir remettre le cadeau au ministre. Les policiers avaient pris des mesures de sécurité, et voyant le père Noël de loin, ils nous ont arrêtés avant l'entrée du ministère. Ils nous ont expliqué qu'il n'y avait personne au ministère pour nous recevoir... un air de déjà vu plane. Il y a exactement trois semaines, le 1er décembre, nous manifestions et on nous avait dit la même chose: personne au ministère.

    Ce n'est pas grave, nous ne demandons pas à être reçus, juste à remettre ce cadeau. Des journalistes sont déjà sur place, devant le ministère, mais les policiers ne nous laissent pas avancer. Ce sont les journalistes qui viennent donc à nous. Au bout de quelques minutes, une seule personne est autorisée pour déposer le pli. Là encore, du déjà vu. Alors, c'est Papa Noël qui y va, et les journalistes le suivent.

    Mission accomplie. Mais il fait froid. Nous voulons boire quelque chose de chaud. Juste en face, à 3 mètres, il y a un bar. Les policiers nous interdisent d'y aller. Il faut boire le café ailleurs, plus loin. Tant pis pour le patron de ce bar, plutôt sympa vu de l'extérieur. Nous irons consommer ailleurs. Les policiers se sentiront plus rassurés. Mais qui donc les dérangeait? Papa Noël? Le prêtre ou soeur Jacqueline qui nous accompagnaient? Enfin...


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    riem
    Samedi 29 Décembre 2007 à 10:34
    la vidéo?
    bonjour, elle est où la vidéo de cette manifestation/remise des trophées? ouhou!!!!
    2
    Christina Rabouin
    Vendredi 11 Janvier 2008 à 15:02
    baxtalo kretchuno
    excellent le coup du boomerang!!
    3
    Dimanche 31 Août 2008 à 12:47
    Les exilés
    les aller-retour évoqués par le boumerang fait penser à ce que vivaient les réfugiés allemands fuyant le régime nazi dans les années 30: un très bon roman d'Erich-Maria Remarquedécrit très bien, et comme il se doit vécu à la première personne du singulier, la vie et les efforts de ces gens: Les Exilés . Il est régulièrement réédité en livre de poche, et j'en conseille vivement la lecture, car ça permet de comprendre sans doute mieux ensuite quand d'autres sont victimes du même sort.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :