• La mobilisation se poursuit à Saint-Ouen

    Quelques dizaines de personnes sont venus hier, samedi 30 juin à Sain-Ouen, suite à l'invitation des Rroms. L'occasion de se connaître un peu, pour certains, ou un peu mieux pour d'autres. Et ça marche... Autour d'un verre, de quelques gâteaux préparés par Dinarka et Isabelle, d'autres grignotages apportés par les invités. Et ça discute de l'expulsion éventuelle, mais aussi de projets, de la scolarisation des enfants, de l'emploi des adultes. Sujets de la vie courante quoi... entrecoupés par quelques morceaux de musique et de danse.


     

    Et puis on se redonne rendez-vous pour lundi 2 juillet, à 19 heures, afin de maintenir cette dynamique de dialogue et d'action, en attendant aussi des nouvelles de la mairie, suite à la lettre que les associations "La voix des Rroms" et "Parada" lui ont adressée afin de demander un entretien avec Mme. la maire.

     


     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dadidadou
    Lundi 2 Juillet 2007 à 16:24
    Demande de rdv avec le Maire
    Mme le Maire est en congé !!! De plus c'est au préfet qu'il faut demander un rdv, et c'est auprès de lui qu'il faut faire pression !! En se trompant d'énemi, vous risquez de perdre pas une bataille mais la guerre !
    2
    Mardi 3 Juillet 2007 à 05:25
    nous ne cherchons pas d'ennemis
    Merci à Dadidadou pour cette information. En effet, nous ne connaissons pas l'emploi du temps de Mme. le maire. Ceci dit, ce n'est pas des ennemis que nous cherchons, et encore moins la guerre. Nous demandons une table ronde avec tous les concernés, y compris, évidemment, avec la préfecture. C'est là que l'intervention et l'implication de Mme. le maire seraient les bienvenues.
    3
    Dadidadou
    Mardi 3 Juillet 2007 à 10:40
    c'était du 2nd degré
    pour les termes "énnemi" et "guerre" que du second dégré !!! En revanche il est dommage de ne pas parler de tout ce qui a été fait dans ce camps depuis les premiers habitants. Cet hiver heureusement pas aussi rude que les précedants.
    4
    Mardi 3 Juillet 2007 à 13:38
    Allez-y
    Dadidadou, Ce blog est interactif, et donc chacun a la possibilité de s'exprimer et de dire ce qu'il sait. Nous parlons donc de ce que nous faisons, et chacun est libre de faire de même. Aussi, n'hésite pas à parler de ce que tu aurais fait depuis les premiers habitants. Nous savons qu'il y a eu des habitants dans ces lieux depuis environ 7 ans, mais on n'a pas la prétention de tout savoir.
    5
    Dadidadou
    Jeudi 5 Juillet 2007 à 11:50
    1997 exactement
    1 er camps tels qu'ils sont aujourd'hui ! Ils étaient au 108 V Hugo et one été expulsés puis après je ne sais pas ! Ce qui me mine c'est de ne pas comrendre exactement ce que veulent (pas ce que vous voulez pour eux si louable soit-il) car le fait qu'ils soient nomades n'est que la résultante des expulsions successives sans réel projet pour eux. Un décret d'application paru récemment les met encore plus en péril, car même européens ils deviennent expulsables............ Bref, rien de très sérieux n'est proposés mais en même temps prétendre les laisser là, n'est pas une solution et encore moins une fin en soi ! N'y voyez pas de leçon mais un simple constat, et ma petite pensée personnelle.
    6
    Vendredi 6 Juillet 2007 à 23:06
    Ce qu'ils demandent
    Dadidadou, nous ne demandons rien "pour eux". Ce sont eux qui demandent, et ils savent bien quoi. Ceci dit, il n'y a pas de frontière coupée entre "nous" et "eux", puisque comme le nom de notre association l'indique, notre but est de porter la voix des Rroms qui ont besoin de se faire entendre. Nous avons écrit à Mme le maire et attendons toujours une réponse sur ces demandes. Aussi, voici un tract que nous avons préparé ensemble et que nous avons diffusé et diffusons à Sain-Ouen: SAINT-OUEN, SOIS REELLEMENT HUMAINE ET SOLIDAIRE NON à l'expulsion sans solution de relogement des familles de la rue Ardoin Nous sommes un certain nombre de familles, pour la plupart rroms, qui habitons dans la zone des docks, rue Ardoin. Depuis quelques mois, notre lieu de vie est menacé d'expulsion. Une décision d'expulsion a été rendue en effet, notamment en raison de " troubles de voisinage", troubles inexistants dans les faits, puisque nous n'avons pas de voisins proches. Après quelques mois de calme, nous avons reçu une notification de l'expulsion qui devrait intervenir le lundi 25 juin. La mairie de Saint-Ouen est restée muette devant la proposition d'une table ronde faite par l'EDF, propriétaire des lieux, table ronde à laquelle participerait aussi la préfecture. Elle a fait aussi la sourde oreille devant nos demandes de scolarisation de nos enfants, alors que selon les enseignants de Saint-Ouen il y aurait 15 places libres dans les CLIN, ces classes d'accueil pour les élèves non francophones. Nous reconnaissons aussi les efforts des services de la mairie, mais ceux-ci restent minimes : des containers d'ordures ont été mis à notre disposition et parfois nous avons reçu des vêtements. Certes, cela nous a permis de mieux respecter notre lieu de vie et la ville, mais est-ce suffisant ? Nous ne demandons pas la charité, mais le respect de notre dignité humaine. Si l'expulsion venait à avoir lieu, nous nous trouverions dans la rue avec nos enfants, nos personnes âgées, nos malades... Par conséquent, nous demandons : 1. Qu'aucune exécution de la décision d'expulsion n'intervienne sans qu'une solution soit trouvée pour notre relogement 2. Que la mairie accepte les demandes d'inscription de nos enfants dans les écoles de Saint-Ouen 3. Que la mairie demande la tenue d'une table ronde avec tous les services concernés, afin de trouver des solutions durables de relogement et d'insertion de nos familles Nous attendons donc une réponse à ces demandes et l'ouverture d'un dialogue avec la mairie, car des solutions sont possibles. Ce qui a fonctionné à Saint-Denis, Aubervilliers et autres villes de la région parisienne, devrait pouvoir fonctionner aussi chez nous, à Saint-Ouen, ville humaine et solidaire.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :