• Expulsion de Rroms à St-Denis - rapatriement volontaire, dit la préfecture

    Voici ce que vous pouvez lire sur le site du Figaro en ligne:

     

    72 Roms expulsés d'un camp à Saint-Denis

    Soixante-douze Roms d'origine roumaine, dont 22 enfants, ont été expulsés aujourd'hui d'un bidonville installé sous l'autoroute A86 à Saint-Denis (Seine-St-Denis) avant de se voir proposer une aide au retour humanitaire, majoritairement acceptée, a-t-on appris auprès de la préfecture.
    Suite à un examen "au cas par cas" de leur situation, "47 adultes, accompagnés de 16 enfants, ont souhaité bénéficier d'un rapatriement volontaire" en Roumanie avec l'aide de l'Agence nationale de l'accueil des étrangers et des migrations (ANAEM), indique le préfet Claude Baland, sans préciser si les autres (trois adultes et six enfants) faisaient l'objet d'un arrêté d'expulsion, et/ou avaient été placés en centre de rétention.
    Les Roms ayant accepté le retour se verront verser une aide de 153 euros par adulte et 46 euros par enfant à leur arrivée. "Un dispositif spécial d'accueil sera mis en place" en Roumanie, garantit-il.

    Etant sur place au moment où cette expulsion se déroulait, nous nous permettons de compléter un peu cette information dont la seule source est la préfecture:

    1. Pas plus qu'à Bondy il y a quelques jours, IL N'Y A EU AUCUN EXAMEN AU CAS PAR CAS! Et pour cause, les policiers ont fait vite. Toute la zone était encerclée et même les véhicules ne pouvaient circuler à proximité.

    2. PERSONNE N'A SOUHAITE BENEFICIER DU RAPATRIEMENT VOLONTAIRE, et pour cause, ils ont du laisser sur place quasiment tout. Les caravanes ont été mises en fourrière, comme on le voit sur la photo. Les policiers et l'ANAEM ont menacé, comme cela devient d'usage: soit vous acceptez l'aide au retour, soit on vous embarque.

    3. n enfant s'est retrouvé tout seul, ses parents ont "souhaité bénéficier du rapatriement volontaire". Voilà combien il a été volontaire, le retour. L'association Parada était aussi présente, elle avait commencé un travail sur la scolarisation et beaucoup d'enfants espéraient pouvoir aller à l'école. Mais voilà, "rapatriement volontaire" oblige, ils ne pourront pas!

    Il faut du chiffre, alors on fait du chiffre. Dans 2-3 jours, nous reverrons ces Rroms revenir en France, et on aura plus de détails sur la manière dont les choses se sont déroulées. A Saint-Etienne, c'est la même chose, "rapatriement volontaire". On peut alors se demander pourquoi la police a catégoriquement interdit à toutes les personnes sur place, associatifs ou journalistes, de s'approcher des VOLONTARISTES AUX RETTOUR. Ca ressemble un peu aux personnes qu'on suicide...


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    isabelle
    Vendredi 19 Octobre 2007 à 17:53
    détail humoristique!
    comme le commentaire suit de très près l'article du figaro, je n'ai pas très bien senti au départ le changement de point de vue et j'ai cru que les journalistes du figaro étaient sur place dès 6heures du mat lors de l'expulsion....alors même que personne n'aurait été prévenu si une quidam n'avait pas aperçu les crs en allant travailler et ne s'était pas précipitée pour prévenir "les soutiens des rroms" ....de là à en déduire que le figaro travaille pour les CRS...je vous laisse réfléchir?!....
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :