• Des policiers français molestés en Guinée lors d'une expulsion

    PARIS (Reuters) - Six policiers français ont été molestés le 16 août, à leur descente d'avion à Conakry, en Guinée, où ils escortaient deux ressortissants de ce pays expulsés de France, apprend-on de source policière.

    Les six fonctionnaires ont été légèrement blessés, obtenant des incapacités de travail de trois à huit jours.

    "En arrivant sur place, les deux hommes se sont rebellés et les six fonctionnaires qui les reconduisaient ont été pris à partie par les deux reconduits mais également par la population", a déclaré à Reuters Paul Le Guennic, secrétaire national du syndicat UNSA Police.

    Il a ajouté que des membres des forces de l'ordre guinéennes étaient intervenus en faveur de leurs ressortissants. "Ils ont été jusqu'à tabasser les fonctionnaires de chez nous. Tout ça sous le regard d'un de leurs responsables", a-t-il dit.

    Dans un rapport remis à sa hiérarchie et dont Reuters a obtenu copie, un brigadier français raconte avoir été insulté dans le bureau d'un commissaire par un policier guinéen en tenue.

    "Devant cette grave situation, nous avons demandé une assistance policière pour nous embarquer pour un vol à destination de Casablanca. Quelques policiers en tenue nous prêtaient assistance jusqu'à l'avion", écrit-il.

    Interrogé mercredi par Reuters sur ces informations, la Direction générale de la police nationale (DGPN) n'avait pas répondu jeudi à la mi-journée.

    Le ministre de l'Immigration, Brice Hortefeux, a exhorté mardi les forces de l'ordre à "augmenter de façon significative le nombre d'interpellations d'étrangers en situation irrégulière."

    Il a expliqué être "légèrement en dessous", de l'objectif 2007 de 25.000 reconduites à la frontière d'étrangers en situation irrégulière.

    "C'est pour cela qu'il faut redoubler d'efforts pour interpeller les personnes en situation irrégulière", a-t-il dit.


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Août 2007 à 15:34
    les flics ont tapé aussi
    C'est ce qu'écrit Libé: A Conakry, un responsable de la police de l’aéroport a déclaré, sous couvert de l’anonymat, que l’incident faisait l’objet d’une enquête judiciaire: «L’un des passagers affirme avoir été maltraité pendant le vol. Nous n’avons jamais été confrontés à ce genre de cas parce que normalement, quand il y a une résistance, la compagnie aérienne refuse de faire partir l’avion.»
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :