• Crimes racistes en augmentation dans 8 pays européens au moins


    Droits de l'homme - 29-08-2007 - 15:29 source: site web du Parlement européen



     
    Les données manquent cruellement. Pourtant, parmi les 11 bons élèves européens qui comptabilisent les crimes racistes perpétrés sur leur territoire, 8 ont enregistré, l'année dernière, une augmentation des incidents xénophobes. C'est ce qui ressort du premier rapport publié par la toute nouvelle Agence des Droits Fondamentaux, et présenté lundi en commission des libertés civiles. Selon les mots du rapport, «la violence et les crimes racistes restent une maladie sociale grave à travers l'Europe».

    France, Danemark, Allemagne, Irlande, Pologne, Slovaquie, Finlande et Grande Bretagne : dans chacun de ces 8 pays européens, le nombre de crimes et violences racistes enregistrés était en hausse l'année dernière.

    Crimes racistes : des résultats peu encourageants...et incomplets

    Sur les 11 pays européens qui comptabilisent les données pénales liées à des actes xénophobes, seuls 3 ont donc connu une évolution positive en 2006 : l'Autriche, la Suède et la République tchèque semblent un peu plus tolérants qu'auparavant, puisque le nombre de crimes racistes déclarés y a baissé. Pourtant, la lutte contre le racisme a encore de belles batailles à remporter.

    Bataille des données tout d'abord : si l'on ne peut souligner cette évolution que dans 11 pays européens, c'est que la majorité des membres de l'Union Européenne (UE) ne comptabilise pas les violences xénophobes sur leur territoire -ou alors de manière inappropriée ou incomplète. Pas de comptabilité, et donc pas d'analyse éclairante sur le phénomène du racisme en Europe.

    Pour combler ces lacunes administratives, restent les Organisations Non Gouvernementales (ONG), comme l'explique le rapport de l'Agence : « Dans de nombreux États membres, lorsque les gouvernements ne communiquent pas de statistiques officielles relevant du domaine pénal, les ONG continuent de jouer un rôle complémentaire essentiel en compilant les incidents racistes. »

    Seul bon élève européen en matière d'enregistrement des données : le Royaume-Uni. A lui seul, il a compilé plus de rapports sur des actes racistes que les 26 autres pays européens réunis. Un modèle à suivre ?


    Le large éventail des discriminations en Europe

    Au jour le jour, le racisme peut aussi se révéler dans de petits actes quotidiens qui, s'ils n'ont pas la violence d'un crime, affectent les plus « vulnérables ». Les immigrés, les réfugiés, les demandeurs d'asile ou encore les Roms sont, d'après les statistiques, confrontés aux plus nombreuses discriminations.

    Ainsi, le taux d'emploi des minorités ou immigrés reste, dans la plupart des Etats-membres, inférieur à la moyenne nationale. Au point que certains pays, comme la Suède, ont mené des projets de candidatures anonymes pour accroître la diversité ethnique sur le marché de l'emploi. Car un nom à consonance arabe, selon des études du même pays scandinave, réduit considérablement les chances de trouver un emploi, à qualifications égales.

    En matière de logement, il n'est pas rare dans plusieurs pays européens de lire des petites annonces garantissant au potentiel locataire l'absence « d'étrangers » dans le bâtiment. L'auteur belge d'une telle annonce a été condamné en 2006 à 3 ans d'emprisonnement avec sursis.

    L'école n'est pas épargnée par les ségrégations. L'Agence des Droits Fondamentaux cite ainsi le cas de la République tchèque, où plus de la moitié des élèves Roms sont inscrits dans des écoles spécialisées ou pour enfants handicapés. Des programmes ont été mis en place pour y pallier, mais un gros travail reste à faire.

    Des directives européennes anti-discriminations existent pourtant. Mais, selon l'Agence, « le très faible taux de plaintes enregistrées en 2006 dans certains pays donne à penser que les victimes ne connaissent pas la protection légale à laquelle elles ont droit ». Un constat validé par un récent sondage Eurobaromètre, selon lequel à peine 32 % des citoyens européens disent connaître leurs droits au cas où ils seraient victimes de discrimination ou de harcèlement. Il semble donc plus que jamais nécessaire de sensibiliser les victimes potentielles.

    L'Agence des Droits Fondamentaux, pas assez chien de garde ?

    « J'aurais aimé que l'on donne à l'Agence plus de dents, afin qu'elle devienne un vrai chien de garde » : voilà comment la députée néerlandaise Sophia In't Veld (ALDE) a critiqué le mandat limité de la nouvelle Agence des Droits Fondamentaux. Une position largement soutenue par ses collègues de la commission des Libertés civiles. Quel avenir pour cette agence basée à Vienne, née le 1er mars dernier, si neuve qu'elle n'a pas encore de directeur ?

    Le Conseil de l'UE -l'institution qui représente les Etats-membres- n'a pas obligation de venir témoigner régulièrement devant l'Agence, mais seulement « s'il en a envie », a regretté le socialiste italien Claudio Fava. Un manque de contrôle et de responsabilité qui pourrait réduire l'impact des travaux de l'Agence -et donc son importance, selon lui.

    Car l'ambition est grande : l'Allemand Manfred Weber (PPE-DE) a affirmé que l'Agence devait être « un modèle de référence des Droits de l'Homme à travers le monde ». Et qu'il fallait, pour cela, éviter toute politisation de son travail et de son fonctionnement.
    Source: site web du Parlement européen


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :